Développement d’une méthode systématique d’évaluation variétale pour les engrais verts cultivés en mode biologique

2020

Domaine(s) d’intervention : Sols et engrais verts

En agriculture biologique, la gestion de l’azote représente un défi et le développement et l’optimisation de nouvelle méthode de fertilisation, dont la fertilisation végétale, est une priorité pour le secteur. L’effet bénéfique des engrais verts sur la santé des sols et les rendements a été validé scientifiquement par de multiples travaux de recherche. Toutefois, au Canada, très peu sinon aucune variété d’engrais verts ne sont disponibles pour une espèce donnée, l’espèce étant vendu comme de type «commun». Les producteurs agricoles sont aux prises avec une très grande variabilité phénotypique dans les engrais verts pour différents lots de semences à l’intérieur d’une même espèce et cela représente un frein majeur à l’utilisation des engrais verts. En effet, l’instabilité phénotypique (production de biomasse, nombre de jours à floraison, teneur en azote) pour une espèce donnée a un effet direct sur le calcul d’apport en azote organique de l’engrais vert. Afin d’assurer le développement d’une agriculture durable basée sur des techniques alternatives et performantes en fertilisation végétale, il est essentiel de travailler à l’amélioration de la fiabilité et de la prédictibilité fertilisante des EV en introduisant l’aspect variétal et en travaillant à l’acquisition de données scientifiquement probantes entourant les divers critères agronomiques et économiques d’intérêt.

L’objectif général du projet est :

Développer une méthode d’évaluation variétale systématique pour les engrais verts cultivés en mode biologique. Les objectifs particuliers sont :

1) Sélectionner cinq variétés à fort potentiel agronomique pour sept espèces de légumineuses;

2) Réaliser une évaluation variétale multicritère pour chacune des variétés;

3) Mesurer le prélèvement en azote pour chacune des variétés;

4) Étudier les différences variétales pour les systèmes racinaires;

5) Évaluer la fiabilité d’un lecteur de chlorophylle comme indicateur rapide et non destructif de la teneur en azote foliaire des variétés de légumineuses;

6) Réaliser une analyse technico-économique de la rentabilité d’utilisation pour chaque variété.


Chercheur(s)

Charlotte Giard-Laliberté

Charlotte Giard-Laliberté

Agronome, M.Sc.

Voir la fiche