Développement de la biodiversité fonctionnelle en verger de pommiers à l’aide de bandes florales (Rapport)

Développement de la biodiversité fonctionnelle en verger de pommiers à l’aide de bandes florales (Rapport)

Date de parution : janvier 2014

Domaine(s) d’intervention : Cultures fruitières

Catégorie(s) de publication : Rapports de recherche

L’objectif de ce projet était de comparer deux mélanges d’espèces florales, l’un dit sauvage, l’autre dit  cultivé,  quant  à  leur  facilité  de  gestion  en  verger  commercial  et  à  leur  efficacité  à  favoriser  la  biodiversité fonctionnelle. L’expérience s’est déroulée sur deux sites, l’un à Victoriaville et l’autre à  Frelighsburg, où un premier semis a été effectué au printemps 2012. L’établissement des mélanges  étant très faible à Victoriaville en 2012, dû à un envahissement majeur par les mauvaises herbes, un  deuxième  semis  a  été  réalisé  au  printemps  2013  sur  la  moitié  des  parcelles.  La  floraison  et  l’établissement  des  mélanges  de  plantes  ont  été  suivis,  ainsi  que  les  populations  et  les  dégâts  de  carpocapses de la pomme (Cydia pomonella) dans les parcelles avec bandes florales ainsi que dans des  parcelles  témoin.  À  Victoriaville  en  2013,  nous  avons  également  capturé  et  identifié  les  insectes  présents  dans  les  parcelles.  L’établissement  des  plantes  a  été  inégal  au  niveau  des  12  espèces  de  chaque mélange et entre les parcelles. Les mélanges présentaient globalement une floraison continue  tout au long de la saison, mais d’abondance variable. Sans pouvoir recommander un mélange plus que  l’autre, nos résultats nous permettent de cibler les espèces qui présentent le plus d’intérêt, basé sur leur  capacité d’établissement et leur floraison abondante et continue. Pour l’effet sur le carpocapse, un gel  des fleurs au site de Frelighsburg en avril 2012 et leur très faible abondance en 2013 sur les deux sites  ont compromis cette partie du projet. À Victoriaville en 2012, nous avons toutefois constaté que les  fruits des pommiers entourant le mélange sauvage comptaient moins de dommages de carpocapses et  de tordeuses que ceux des autres traitements. Nous attribuons ce résultat à l’entretien de parasitoïdes  qu’aurait favorisé ce mélange. Les captures d’insectes réalisées sur ce même site en juillet et août 2013  nous permettent de dire que les deux types de bandes florales augmentent la richesse et la diversité  d’insectes présents près des pommiers. Le mélange cultivé se démarque également par une plus forte  abondance d’insectes.

Télécharger la publication


Chercheur(s)

Pierre Jobin

Pierre Jobin

Pomiculteur

Noémie Gagnon Lupien

Noémie Gagnon Lupien

Biologiste, M. Sc.

Voir la fiche

Jean Duval

Jean Duval

Agronome, Ph.D.

Voir la fiche