Essais d’implantation de la culture du Kernza en mode biologique

Avril 2022 à février 2024

Domaine(s) d’intervention : Grandes cultures, Sols et engrais verts

Partenaire(s) : Université McGill

Source(s) du financement : Prime-vert, sous-volet 2.1

Ce projet visait à documenter l’implantation de la culture du Kernza (Thinopyrum intermedium) sous les conditions agroclimatiques du Québec. Cette variété d’agropyre vivace intermédiaire a été développée afin de produire des grains pour l’alimentation humaine, tout en offrant les avantages écosystémiques des systèmes pérennes. Le Kernza est également une culture à deux fins, c’est-à-dire que la récolte du fourrage et la récolte des grains augmentent la biomasse racinaire, alors que la paissance des animaux augmente les rendements en grains ultérieurs.

Cette double utilité offre une flexibilité aux producteurs et permet de diversifier les rotations. De plus, l’enracinement profond de la culture permet de bénéficier de tous les avantages qui y sont associés. Le Kernza est actuellement cultivé sur près de 2 000 ha aux États-Unis et à plus petite échelle dans l’Ouest canadien. Compte tenu de ces faibles superficies, de nombreuses questions agronomiques se posent, soit le moment optimal de semis ainsi que le taux de semis, la survie à l’hiver, les variétés adaptées aux conditions québécoises et les exigences en fertilisation.

Le présent projet a permis de documenter le comportement et la croissance du matériel génétique en provenance de trois sources, le moment optimal de semis et la survie à l’hiver. Des parcelles expérimentales ont été mises en place à l’Institut national d’agriculture biologique (INAB) en 2022 et la récolte a été effectuée en 2023.


Chercheur(s)

Sabrina Bergeron

Agronome

Sophie Rivest-Auger

Agronome

Voir la fiche

Julie-Anne Wilkinson

Julie Anne Wilkinson

Agronome M.Sc.

Voir la fiche